Opération sauvetage

Je suis tombée d’épuisement comme on se noie. Je me débattais sans répit et vainement à contre-courant. Je ne savais pas où j’allais mais je tâchais de garder la tête hors de l’eau. Puis, un jour, mon corps a décidé que je n’irais pas plus loin, que je laisserais les vagues me recracher sur la grève.

Quand j’y repense, je me revois montant les trois étages de mon bloc appartement avec la tête appuyée sur le mur parce que mes jambes n’arrivent pas à supporter mon poids. Je me revois considérant la douche, la cuisine et le lavage comme un triathlon olympique; passant mes journées à dormir et mes nuits au lit sans fermer l’œil; ayant mal aux jambes comme si j’avais monté l’Everest alors que je n’avais même pas fait une des trois épreuves du triathlon domestique; étant constamment au bord de la panique, incapable de me concentrer ne serait-ce que pour écrire un courriel et triste… si triste.

Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Si c’était de l’épuisement, mon corps me l’aurait signalé plus tôt et j’aurais dormi… si j’avais été quelqu’un d’autre. Quelqu’un qui écoute son corps. Mais il y a longtemps que mon esprit avait instauré son régime dictatorial et que mon corps avait perdu sa liberté d’expression. J’ai donc traîné le rebelle à la clinique sans rendez-vous la plus proche. Malheureusement, tomber malade en février, c’est comme cuisiner de la raclette en décembre : on se croit original mais tout le monde a la même idée. Salle pleine. Attente d’autant plus pénible que le simple port de ma tête sur mes épaules exige un effort incroyable et que mes larmes menacent de couler à tout moment.

Je passe l’histoire de mes nombreuses visites à la clinique/prises de sang/radiographies/regard de médecin impuissant/$$$. L’important c’est que je n’avais rien. RIEN. Ben voyons donc!!! Je me sentais en direction inexorable vers la mort [musique dramatique]. En réalité, j’étais en phase terminale de mon rythme de vie effréné et de mes choix de vie de poule sans tête.

C’était fin janvier 2014. Ma rémission n’est pas terminée, autrement dit en langage de grande personne : je ne suis pas encore de retour au travail. Mais ma vie s’est considérablement améliorée. J’ai par contre dû accepter que mon rétablissement prendrait du temps et qu’il ne se plierait pas à l’horaire pré-établi de mon tyran d’esprit.

Je souhaite partager les étapes de mon cheminement, au gré des souvenirs ou des événements présents. J’aimerais bien glisser quelques paroles philosophiques, mais étant donné mon niveau actuel de sagesse, je crois que je devrai me contenter d’en rapporter.

J’écris ce blogue parce que j’en ai envie, parce que j’en ai besoin. Je souhaite pouvoir tourner (ou plutôt faire défiler) la page sur cette étape de ma vie en vous la présentant comme telle, sans mélodrame, de façon rigolote et apaisante. Je souhaite offrir une petite bouée dont j’aurais eu besoin quand je me suis noyée : une histoire qui me ressemble, me fait sourire et me réconforte.

* Attention : ce blogue peut contenir des photos de chats ou des recettes. Je ne sais pas encore si j’arriverai à me contrôler.

Publicités

4 réflexions sur “Opération sauvetage

  1. Andréanne dit :

    Si bien écrit ma belle amie! C’est une excellent idée ce blog, je suis contente que tu aies trouvé des outils pour te faire du bien. J’aime beaucoup te lire! Bonne continuité dans ta rédaction 🙂

    J'aime

  2. KPONTON dit :

    Bonjour,

    j’ai a-do-ré les premiers articles lus à l’instant sur ton blog : belle qualité d’écriture, humour second degré irrésistible et surtout des situations dans lesquelles je me retrouve totalement (à 44 ans, c’est quand même pas mal de se retrouver dans quelque chose !;-). Je pense par exemple à l’article sur l’insomnie, qui prêche la convaincue en moi : pour passer de douces nuits, il faut avoir eu de belles journées (et si possible des lendemains susceptibles de chanter…faute de quoi c’est le duo infernal petit(s) biscuit(s) – Gerblé tout de même, on fait attention à sa santé /verre de lait pour apaiser l’angoisse du lendemain !
    Nul doute que ton site fait d’ores et déjà partie de mes favoris,
    d’autant plus s’il est alimenté en recettes de cuisine (à défaut de bien vivre, ou de vivre selon son idéal, on peut déjà commencer par bien manger).
    Au plaisir de te lire,
    cordialement
    Emmanuelle

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s